Selon les grecs, le vin et la vérité vont ensemble

Dans le schéma de l’éternité, celui-ci êtant un autre nombre pour l’universe, l’envergure de l’existence de l’humanité est insignifiant. Et de la même façon, ma vie, tant que je suis un être humain, la mienne est au même temps insignifiant.

Les deux dernières années ont été intenses et cette intensité a apporté confusion. La confusion vient ensemble, en même temps, avec la intensité. L’intensité est accompagnée par la velocité; des euxs est née la confusion.

La confusion est une phénomène très commun à l’homme; c’est un occurrrence humain, ergo c’est une chose assez particulier à moi.

Moi, je vis la vie à la dostoïevski; elle est un imitation des ces personnages qui abondent ces romans. On y peut trouver la fluctuation caractéristique entre les extrêmes. La folie c’est ma passion. Je suis très typique à tout cela.

En parlant avec ma mère, elle me dit à mon declaration de mes idées basée sur l’avenir (moi, je ne crois pas à l’avenir – je trouve que c’est de mauvaise éducation faire des plans; toujours c’est le cas que mes desseins ne marche point), “Estás loco, ¿a qué vas a regresar?”

Dis donc! Le résultat idéal ou peut-être préféré pour ma mère c’est que je fais mon retour à la péninsule. Mon pronostic: Not now.

C’est vrai que je veux être jésuit; au fond de mon cœur je suis catholique et mes mains crient pour faire les signes de la croix. Je suis chrétien au sens que j’idolise la tradition, barbarisme laissée de côté, j’aime l’aspect historique, la politique derrière la manifestation physique et charnel de Dieu … du Lógos.

L’homme, privé de son aspect primitif, de son aspect naïf et plus humain, crier pour toutes cettes choses qui peut lui donner un goût de son humanité. Les cultes, ou si on veut les appeller religions, occidentals ont séparés à l’homme de sa condition naturel.

Je suis athée (en âme), et je pense qu’il n’a pas de contradiction entre la condition de mon âme (esprit). Peut-être dans tout celui-ci on voit seulement des contradictions. Je dis: “You haven’t seen the whole pattern. There are sheep on that hill.” [1]

Je veux savoir, qu’est-ce que c’est ce qu’un université catholique me peut donner? C’est une question ouvert.

1. Pourra elle alimenter mon âme? La réponse: oui et non.

Oui: yes, in the sense that âme is mind, for all experiences contribute in one way or another to the development of this faculty, whether one desires it or not. Perhaps I am willing to go as far as to state that the mind will develop in a more splendid and richer fashion when stimulated by the extremes. A mind tempered by the centre, by the calm will only breed a mean and mediocre mind. While the centre allows for less danger, it also allows for less glory; mediocrity is inherent. Has democracy or polity ever produced someone of the caliber of Alexander the Great, then again it has never produced anyone of the baseness of Xerxes. “What about George Bush?” you say. To you I say, “I have said politiy and democracy, not oligarchy.”

  • notice how I prefer to investigate the yes (positive) first *

Non: no, in the sense that âme is soul. The soul does not exist, though I cannot prove its existence just as I cannot prove the existence of God, likewise I cannot predicate the opposite. But I choose to function without including this particular variable in the equation that is my life; my system seems to function well without this complication per se. Thus, it cannot feed something that does not exist in my present condition.

2. Serait-elle de l’hypocrisie plus totale?

Non. Comme j’ai déjà dit: “You haven’t seen the whole pattern.” La contradiction qu’a l’air d’être cataloguée d’hypocrisie n’est pas ça. Ouvre les yeux à la possibilité.

3. Pourquoi un université catholique ou chrétienne?

Pourquoi pas? Mon prénom est chrétien (Jean); au même temps mon nom de famille est païen (Achille). C’est un contradiction mais l’occident est un marriage entre la naïveté païenne et l’absurdité chrétienne. Amen. Mais vraiment, mon nom de famille est un inversion du turc Selik … Çelik.

Mais encore: pourquoi pas?

Mais après tout, en perspectif: The University of Santa Clara. The possibility is there.

[1] reference to Lucretius: On The Nature of Things.


Posted

in

by

Tags: